Je fais remonter , pour celles quil ne l'aurait pas vu

car cette semaine là il y avait des soucis de parution

Pensez a voter pour ma création 

DEFI DE JUILLET ARTS PREMIERS PLAT PORCELAINE

MERCI 

ET JE VOUS SOUHAITE UN BON WEEK END

je m'absente, et ici c'est la pluie au rendez vous

 

A bientot 

 

 

Chaque mois sur ALM, un défi de créateurs est lancé sur un thème donné par le gagnant  du mois précédent, je n'avais jamais participé jusquà maintenant, n'etant pas inspirée et n'osant pas non plus!

 

détail plat porcelaine peinture arborigene australie

Puis pour le mois de juillet, j'ai été intriguée par le choix du sujet LES ARTS PREMIERS, au prime abord j'etais un peu rebutée, puis j'ai commencé à fouiller les liens qui nous étaient fournis et au fil des pages web j'ai été de plus en plus séduite,

ma recherche s'était dans un premier temps orientée vers les arts polynésiens mais rien ne m'attiraient, j'ai donc dévié vers l'art australien, me rappelant avoir visité une expo magnifique quand mes enfants étaient plus jeunes et je dois dire que j'ai été conquise au fil de mes lectures par ce qu'exprimait cette culture arborigène au travers son moyen d'expression 


 Pour celles et ceux que celà intéresse, un peu de lecture 

Source : http://www.artcurial.com/fr/actualite/cp/2008/2008_07_07_1506.asp

 

VOYAGE  AU « TEMPS DU REVE »

Depuis plus de 50 000 ans, l’art aborigène australien suit le fil de rêves sacrés.
Sur la pierre, le sable, les objets cultuels et le corps, puis jusque sur la toile, il n’a jamais cessé de célébrer l’œuvre de ceux qui créèrent la terre australienne, traversant l’immensité déserte de part en part. Car les empreintes de ces êtres ancestraux, jalons d’un parcours géographique et symbolique, ont formé des rêves, prenant ainsi place dans un espace mental plus que tout autre capable de les actualiser à nouveau.

De génération en génération, le rêve revivifie un temps originel et ouvre à des voyages dont le récit et les images fondent l’identité et l’art aborigènes mêmes. Transmettant en songes de secrètes compositions graphiques liées au territoire propre de chaque tribu, les ancêtres chargent certains individus de les reproduire aux yeux du groupe pour assurer son initiation spirituelle.

Rencontre d’une spiritualité millénaire et des formes artistiques les plus modernes, la peinture aborigène contemporaine portera au regard du monde entier ces images délivrées en rêves…

Son aventure débute en 1971, en plein désert, dans la communauté de Papunya. Geoffrey Bardon, professeur blanc qui s’y est installé, propose à de jeunes aborigènes de reporter à l’acrylique sur toile les épisodes du « rêve de la fourmi à miel » pour décorer leur école. Très vite, les œuvres exposées retiennent l’attention des initiés « détenteur de la représentation de ce rêve », et suscitent le désir d’expérimenter ces nouveaux matériaux. Face à la beauté et au succès des peintures qui naissent et malgré les réticences des autorités officielles, les artistes décident de constituer une coopérative : la "Papunya Tula Artits Pty Ltd". L’initiative gagne les principales communautés du grand désert central australien et du Kimberley au milieu des années 80. Dans ces camps mêmes où les colons contraignent les populations autochtones nomades à la sédentarisation et à l’assimilation, elles exercent leur art avec une force et une liberté sans précédent.

Peindre devient un moyen de résistance identitaire. S’exprimer à l’acrylique sur toile, celui de pérenniser un héritage spirituel ancestral. Et de faire échec à l’histoire de deux siècles de domination… Dans le cadre de la restitution d’une partie des terres au début années 80, les aborigènes se référeront d’ailleurs à des motifs très précis contenus dans ces peintures pour affirmer leurs droits sur la terre australienne, convoquant une topographie primitive du continent mémorisée jusqu’à leur siècle dans le « temps du rêve ».

 

 

Adoptant un nouveau support et une nouvelle matière picturale, cette peinture aborigène contemporaine est toujours très proche de la peinture traditionnelle dont elle est en grande partie issue. La technique pointilliste provenant de l'habitude d'utiliser des bâtonnets enduits de pigments naturels et de couvrir les espaces à peindre d'une multitude de points, reste l’une de ses caractéristiques principales. Perpétuant la tradition de la peinture sur sol, ces œuvres continuent d'être réalisées à plat, montrant la terre comme vue du ciel, depuis ses espaces les plus vastes jusqu’à ses plus petites parcelles. Aujourd’hui encore, seuls les initiés ont vocation de peindre, et chacun d’entre eux conserve des droits propres sur certains rêves, leur peinture en soi faisant alors force de signature.

A l’heure où cet art aborigène contemporain trouve une reconnaissance toujours plus grande au regard des institutions et du marché de l’art international, la légitimité des artistes promet de continuer à naître du regard de leurs pairs, et de celui des voyageurs passionnés qui surent embrasser et comprendre cette peinture aborigène, frayant entre elle, et le monde, d’oniriques passages.


Quelques symboles et leur signification

 

 iconography


Pour en revenir au défi, dès le départ j'ai décidé de tenter l'expérience en peinture sur porcelaine, mais il y avait pas mal de contraintes techniques, d'une part le pointillisme exigeait plusieurs cuissons et je n'avais pas le temps necessaire, de plus il n'entrait plus dans le cadre des arts premiers.

J'ai visionné plusieurs peintures qui me séduisaient, hélas trop dures a reproduire puis je suis tombée sur l'oeuvre de cet artiste illustre et   j'ai de suite flaché sur le style et le modèle.

 

arton329

  oeuvre 'sans titre" de CLIFFORD POSSUM TJAPALTJARRI

(artiste aborigène le plus célèbre, en cliquant sur le lien vous aurez sa biographie)

 

De suite je me suis dit qu'avec la technique du putoisage, il me serait plus facile de reproduire l'oeuvre dans les grandes lignes, et pour imiter l'effet pointillé sur les taches rouges, j'ai tout simplement gratter la peinture avec un cure dent

Restait le problème du fond, je voulais garder l'esprit des taches de couleur mais sans les points, NADINE, mon professeur de peinture m'a soufflé de putoiser avec du cello frais et  du noir sur les couleurs posées au pinceau en les estompant pour qu'elles se fondent entre elles.

Voici mon travail en plusieur étapes

 


 

ETAPE 1 : report du motif sur la porcelaine (je ne suis pas une dessinatrice, à mon grand regret)

ETAPE 2 : serti de tous les motifs à la plume avec la couleur brun à cerner

ETAPE 3 : putoisage en jaune de l'animal (avec pinceau a putoiser et éponge)  puis avec le pinceau à effacer et coton tige, enlever tout le jaune des petits points (tres long minutieux et laborieux)

ETAPE 4 : remplissage de toutes les tâches du lézard en noir (re tres long...)

 

les etapes de peinture sur porcelaine plat arborigène 1

 

ETAPE 5 : on retourne le plat et on écrit derrière pour signer l'oeuvre (et on recommence le lendemain car avec la chaleur on efface tout avec les mains en tenant le plat)

 

signature du plat

ETAPE 6 : sur le même principe que le lézard on peint les motifs en rouge , puis avec un cure dent, on gratte la peinture sèche pour faire des pointillés

A ce niveau là il y a déjà pres de 6 à 7 h de travail , peut etre plus j'ai pas vraiment compté, il est onze heure du soir, je décide de m'arreter.

 

etape 6 plat porcelaine plat arborigne

 


 

Le lendemain, je me suis rendue à mon cours de peinture sur porcelaine et je me suis donc attaquée au fond et cela m'a pris 6 h  environ (en comptant la fleur rouge en haut à gauche car je l'avais oublié)

 

étape 7 peindre le fond

ETAPE 7 : Voila  le travail  à la fin de matinée :  pose des couleurs, putoisage avec le cello frais trempé dans la peinture noire. La difficulté était que le lézard n'étant pas cuit, il ne fallait surtout pas déborder et donc aller tres doucement dans les petits angles

Je dois dire qu'a certains moments je désespérais, j'avais de la peinture plein les doigts, et l'impression de faire du "cacaboudin" comme je disais a mon prof,  heureusement qu'elle était là avec les copines pour me soutenir.

Une petite pause repas est la bienvenue pour sortir le nez du guidon, comme on dit !

 

peinture porcelaine peinture arborigène d'apres oeuvre de CP T

 

ETAPE 8 : on finit le fond et on fignole les détails comme les griffes du lézard, les étoiles en jaune.....

plat terminé à la fin de la journée, prêt a partir à la cuisson!

 

En fin de compte j'en suis assez fière, et  cela change des fleurs et autres motifs plus classiques que l'on a l'habitude de peindre, je me suis régalée a tenter ce défi et à peindre un autre style de peinture.

 Pour finir par une anecdote, il n'a jamais fait aussi chaud que ces 2 jours là on approchait les 40 °, nous étions liquéfiées par la chaleur et même la peinture séchait vitesse grand V pratiquement sur le plat a peine posée, pour le putoisage ce n'etait vraiment pas les meilleures conditions .

 

Vous pouvez me soutenir en votant tous les jours pour mon plat sur ALM en vous rendant sur ce lien 

DEFI DE JUILLET ARTS PREMIERS PLAT PORCELAINE

 

Il n'y a pas d'enjeu a part celui d'avoir une meilleure visibilité et pour le gagnant de choisir le prochain thème

Il y a des réalisations magnifiques, je suis ébahie de voir toutes ces oeuvres proposées par des artistes de grands talents et de tous domaines, vous pouvez egalement voter pour eux